Anne Villard | SÉMINAIRE de « Vitalothérapie » avec le Docteur Daniel BALLESTEROS
41764
post-template-default,single,single-post,postid-41764,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.6.1,smooth_scroll,side_menu_slide_from_right,fade_push_text_right,transparent_content,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

SÉMINAIRE de « Vitalothérapie » avec le Docteur Daniel BALLESTEROS

 

 

Comme tous les ans, je poursuis ma formation auprès du Docteur Daniel BALLESTEROS,

du 15 au 18 juin 2017 à Tours (37).

 

 

 

Un extrait pour vous donner envie de lire son livre « Se soigner, c’est s’écouter » :

 

 

« La vitalothérapie, médecine de l’essentiel et de la simplicité

 

Préférez-vous être soigné par des traitements soi-disant scientifiquement démontrés – alors que l’on sait maintenant que la plupart des études sont truquées, sous le regard complaisant des autorités de contrôle minées par les conflits d’intérêts – inefficaces la plupart du temps, et dangereux de surcroît, ou par une médecine non agressive pour votre organisme et dont l’efficacité est prouvée chaque jour en cabinet ainsi que par de nombreuses études portant sur l’homéopathie, l’acupuncture, la phytothérapie ou la méditation par exemple ? À vous de choisir.

 

Le traitement de la maladie émotionnelle se borne, le plus souvent, en médecine classique à prescrire des antidépresseurs, des anxiolytiques ou des tranquillisants ; parfois des séances de psychothérapie ou de psychanalyse sont conseillées, mais le corps et sa souffrance DNV* sont rarement pris en compte pour ne pas dire ignorés. Pourtant, comme nous l’avons vu, ce sont bien eux qui portent toutes les mémoires émotionnelles entretenant le mal-être. Donc une grande partie de la vitalothérapie va s’adresser au corps pour l’épurer, le régénérer, le rééquilibrer dans son métabolisme, sa posture et son comportement. Bref, lui redonner une bonne santé et une nouvelle vision de la vie, afin d’éliminer ce fardeau émotionnel encombrant. Ensuite, par des conseils diététiques, physiques et la connaissance de certaines lois de la vie, elle va permettre d’entretenir et de sauvegarder ces acquis afin de ne pas s’exposer de nouveau à la DNV et ses risques secondaires de pathologie d’organe.

 

De plus, par cette manière de traiter les bases de la pathologie et de la bonne santé, la vitalothérapie s’adresse aussi aux maladies organiques. Elle joue un rôle de complément de la médecine classique pathologique quand le stade est trop évolué, ou de traitement pratiquement exclusif lorsque l’organisme a la sagesse de ne pas aller trop loin dans l’atteinte de son intégrité physique. L’évolution des maladies allant, depuis une cinquantaine d’années, vers des pathologies de plus en plus chroniques, il convient d’avoir une thérapeutique qui puisse traiter le terrain en profondeur, sans l’agresser, afin de guérir le patient et éviter justement la chronicité et les rechutes. »

 

 

 

 

*Dystonie Neuro-Végétative

 

 

 

Pour en savoir plus,

un entretien avec le Docteur Daniel BALLESTEROS du 2 mars 2014, au moment de la sortie de son livre :

http://www.levif.be/actualite/sciences/la-vitalotherapie-pour-se-soigner-il-faut-s-ecouter/article-normal-67657.html